ActualitéMaghreb Arabe

Des « gilets jaunes » sahraouis protestent contre les tracasseries administratives algériennes

Les autorités algériennes ont-elles décidé de mettre les bâtons dans les roues des ambitieux jeunes de la diaspora sahraouie, qui, de retour d’Europe, ramènent avec eux des véhicules d’occasion qu’ils écoulent sur le marché algérien à bon prix pour se faire de l’argent et nourrir leurs familles dans les camps de réfugiés de Tindouf ?

Autorisés, affirment-ils, à importer, jusqu’à cinq véhicules par personne, les jeunes de la diaspora sahraouie installés en Europe, se sont vus, tout d’un coup, confisquer les passeports algériens avec lesquels ils voyagent.

Une mesure parfois difficile pour certains d’entre ces jeunes devant revenir dans un court délai dans les foyers espagnols et parfois intenable pour d’autres travailleurs ayant une permission d’absence de quelques jours seulement et dont les passeports ont été confisqués pour une durée de plusieurs semaines.

Des tracasseries administratives qui ont affecté la vie sociale et professionnelle de nombre de membres de cette communauté sahraouie, particulièrement exerçant dans le domaine de l’importation des voitures d’occasion, facilement accusés de falsification de cartes grises.

Devant l’acharnement des autorités algériennes qui, en un mois, leur ont immobilisé plus de vingt voitures entre les camps de Tindouf, la ville de Mostaghanem en Algérie et Valence, en Espagne, un groupe de jeunes de la diaspora sahraouie se sont constitués en « gilets jaunes »  et ont organisé un sit-in devant leur ambassade à Alger pour protester contre ces mesures de restriction de leur droit de circuler librement et d’importer de manière légale des véhicules d’occasions.

Une escalade dangereuse qui en dit long sur le sentiment de frustration ressenti par cette jeunesse sahraouie qui en a ras-le-bol des mesures imposées par la partie algérienne, d’une part et d’autre part, par l’impuissance des responsables sahraouis à résoudre leurs problèmes.

Surtout que depuis l’ouverture du poste de passage frontalier dit « PK 75 » entre la Mauritanie et l’Algérie, il a été formellement interdit aux commerçants sahraouis de transporter des marchandises du Sud de l’Algérie vers la Mauritanie.

Ces « gilets jaunes » sahraouis ont appelé leur gouvernement à mettre en place une coordination avec les autorités algériennes pour mettre fin à leurs souffrances. Tout un programme!

source :ani;futurosahara

Voir Plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
For Video - If they have video player, they would be able to put video ads - subsidery for video technology - make sure know how to handle it.